Browsing by Subject "French"

Sort by: Order: Results:

Now showing items 1-5 of 5
  • Huotari, Lea M K; Määttä, Simo Kalervo (Société Néophilologique de Helsinki, 2019)
    Mémoires de la société néophilologique de Helsinki
    L’article se propose d’étudier le lien entre empathie et changement de point de vue à travers le changement de sujet grammatical en traduction littéraire finnois-français-finnois. L’analyse se concentre sur trois exemples de représentation écrite du discours direct où le sujet change entre le texte source et son texte cible. La première partie de cet article définit les notions de point de vue et d’empathie en se basant sur la littérature existante dans trois domaines distincts : la traductologie, la narratologie et la linguistique. Elle montre en outre pourquoi le sujet grammatical représente un objet d’étude privilégié pour mettre au jour le changement de point de vue. L’analyse du changement de sujet en traduction faite en deuxième partie de l’article s’appuie sur ces trois approches. La troisième partie fait le lien entre le changement de point de vue observé dans les exemples analysés et la notion d’empathisation. L’analyse de ce lien montre la complexité des rapports entre point de vue et empathie lorsque l’objet d’étude est la traduction de textes littéraires.
  • Helkkula, Mervi (Presses Sorbonne Nouvelle, 2017)
    Ecrivains d'aujourd'hui
  • Havu, Eva (Tampereen yliopistopaino, 2010)
    Tampere Studies in Language, Translation and Culture, Series
    Les participes présents apparaissent, entre autres, dans des constructions à prédication seconde détachées : (1) Intervenant hier soir à Ankara, […], Vladimir Poutine s’est risqué à […]. (Le Figaro 7.12.2004 : 4) Même si les gérondifs, formes adverbiales du verbe (« converbes », cf. Haspelmath & König 1995), n’ont pas d’incidence nominale, contrairement aux participes présents, formes adjectivales du verbe, et ne sont donc pas toujours comptés parmi les constructions à prédication seconde (p.ex. Neveu 1998), les deux ont des emplois assez proches : dans des énoncés du type (2a-b), le participe adjoint peut être paraphrasé par un gérondif, même si son statut fonctionnel n’est pas le même (Halmøy, 2003 : 156-157) : (2a) Arrivant à Paris, Emile a proposé à Léa de [...]. (2b) En arrivant à Paris, Emile a proposé à Léa de[...]. (Halmøy, 2003 : 157) Le finnois ne connaît ni ce genre de constructions détachés ni de forme appelée ‘gérondif’, et les deux participes présents finnois (actif et passif) ne correspondent jamais à un participe présent détaché français : en plus de subordonnées, on trouve à leur place le deuxième infinitif, soit à l’inessif, soit à l’instructif, formes nominales qu’on trouve également dans la traduction des gérondifs : (3a) […] ? me demanda-t-elle sèchement en me montrant l’une des lignes incriminées. (Nothomb, p. 62) […] : hän kysyi minulta kuivakkaasti näyttäen erästä Unajin moittimaa riviä. (Suni, p. 4) (3b) L’espace d’un instant, il sourit, croyant que […] je m’étais trompée de commodités. (Nothomb, p. 138-139) Hetken hän hymyili luullen, että minä […] olin erehtynyt mukavuuslaitoksesta. (Suni, p. 94) : Dans cette communication, nous examinerons quatre traductions littéraires en nous demandant dans quels cas et de quelle manière la différence entre le participe et le gérondif a éventuellement été prise en considération.
  • Määttä, Simo Kalervo; Wiklund, Satu Mari-Anna (2019)
    This article focuses on open class repair initiators in an asylum screening interview (duration 2:22:15) in Finland, telephone-interpreted between Finnish, language spoken by the officer, and French, language used by the asylum seeker. An open class repair initiator indicates that the entire turn is regarded as problematic and/or that the nature of the problem or the problematic element are not clear. This type of repair initiator indicates that the listener has not heard the turn, has not understood it, or wants to give the impression of not having heard or understood it. Studying this type of repair initiators allows emitting hypotheses concerning the causes of problems of understanding and misunderstandings occurring in telephone-interpreted institutional interaction and to describe the strategies of resolution of these problematic situations. Methodologically, this study falls within the framework of Conversation Analysis, combined with insights form Interpreting Studies and Critical Sociolinguistics.